Me suivre et me contacter!

Facebook: Papillons d'Onyx
Instagram: papillonsdonyx
Hellocoton: Papillons d'Onyx

E-mail: papillonsdonyx@gmail.com

17 février 2015

[Fashion] KOSHA nous pare de ses plumes

J'aime les beaux objets, qui dégagent quelque chose de particulier et qui content une histoire, si possible plaisante et qui me permet de voyager. C'est exactement ce que je ressens vis-à-vis de la marque suisse que je souhaite vous présenter aujourd'hui. Une marque qui nous embarque dans un univers sophistiqué et épuré duquel on ne voudrait plus se passer.

KOSHA a la particularité de proposer des bijoux, ainsi que des accessoires intégrant la catégorie random, en métaux précieux, et qui intéresseront les hommes aussi bien que les femmes. Du moment que vous aimez la sobriété, le chic et les objets/bijoux design, vous ne pourrez qu'être conquis-e par l'assortiment présenté par la marque.






KOSHA est une marque suisse fondée par une poignée de passionnés qui partagent l'ambition de créer des produits de haute qualité, chargés d'émotion, dans une quête de bien-être et de développement personnel. Chaque objet est fabriqué en Suisse ou en Italie par des artisans qui travaillent avec une attention particulière sur le détail.


Je suis très réceptive à la philosophie de KOSHA, qui tend à apporter sérénité, bonheur et félicité à ses clients. Chaque objet est conçu, fabriqué et expédié à son nouveau propriétaire avec soin et délicatesse. Les détails ne sont pas laissés au hasard puisque chaque élément semble être à la place exacte qu'il est censé occuper.


La tête dans les livres avec la collection de marque-pages Heritage










Les plumes ont toujours accompagné l'histoire du livre. Elles ont été utilisées comme marque-page bien sûr mais aussi comme instrument d'écriture. Aujourd'hui KOSHA rend hommage à cet objet volatile et crée un marque-page en acier inox aux détails raffinés. 


En tant que dévoreuse de livres, et je parle de l'objet "vintage" constitué de papier et d'encre, j'ai eu un réel coup de coeur pour le marque-page Heritage qui est absolument superbe. De plus, même si je l'ai choisi en or noir (vous connaissez mon amour, que dis-je? Ma dévotion totale pour le noir), cette magnifique plume qui se décline en différents matériaux (or et inox) et en divers coloris (jaune, rose, vert, etc.) est à la fois rigide et suffisamment souple pour être facile à manipuler et à utiliser.

La matière est lisse, dépourvue d'aspérités et sans le moindre défaut! Et comble de l'élégance, l'objet en question arbore une citation de Cicéron qui nous rappelle qu'Une pièce sans livres, c'est comme un corps sans âme.

La collection Heritage comporte plusieurs gammes et propose des marque-pages allant de CHF 69.- à CHF à 99.-


Un smartphone pas comme les autres grâce à la gamme Sukha








Depuis la nuit des temps l'être humain s'est entouré de toutes sortes d'objets leur accordant le pouvoir de porter bonheur.


Personnellement, je considère mon Iphone comme un grigri, un talisman qui ne me quitte pas et que je ne quitte pas. Je suis donc ravie de me voir proposer de fines plaques d'acier gravées et ornées, pour le sublimer et le rendre davantage indispensable.

La gamme Sukha offre trois sortes de motifs et autant de coloris (de CHF 59.- à CHF 89.- selon les options choisies). On peut donc décider de customiser l'arrière de son smartphone avec des plumes qui aideront notre créativité à s'envoler et qui attireront les énergies positives. Des libellules qui prendront soin de veiller sur nous ou un mélange réunissant des symboles reconnus comme porte-bonheur.

La plaque gravée est d'une finesse incroyable et fait corps avec le téléphone une fois posée. D'ailleurs, cette étape est un réel jeu d'enfant puisqu'il suffit de suivre les instructions et d'ajuster les bords correctement. Je trouve personnellement que cet accessoire donne un style et une nouvelle ligne superbe à cet appareil dont je suis l'esclave consentante ;-) 


La plume comme seul bouclier avec les bijoux Oizo










KOSHA fait escale en Amérique indienne et s'inspire de la culture locale pour créer 
la collection OIZO


La marque suisse propose également une gamme de bijoux comprenant des pendentifs et des boucles d'oreilles. De même que pour les objets précédents, il est possible de choisir le matériau et la couleur de l'or utilisé. De plus, différentes tailles sont à disposition, ce qui permet à KOSHA de s'adresser à la gent féminine comme à la gent masculine.

Les pendentifs peuvent se porter et se superposer sur une chaîne ou un cordon, selon les goûts et les styles de chaque personne. La plume est travaillée de façon légèrement incurvée, de manière à lui donner vie et mouvement, sans compter que chacune d'elles comporte une gravure égrainée en trois mots teintés de poésie et de subtilité.

Il faudra compter CHF 68.- pour la plus petite plume et un peu plus de CHF 100.- pour la plus imposante.




Je suis complètement charmée par cette marque suisse qui cultive l'art du beau et du raffinement à travers des objets uniques et intemporels. Je n'ai qu'une hâte; voir la collection s'agrandir, avec par exemple une montre ou encore des accessoires de maroquinerie.

Les différentes collections sont, bien évidemment, en vente sur le e-shop (qui livre dans le monde entier), mais les produits sont également disponibles sur les plateformes ETSY et AMAZON. En Suisse, on peut se les procurer dans les boutiques Brachard Papeterie à Genève et Basil à Lausanne ou en se rendant directement à l'atelier situé dans la capitale vaudoise!


Alors, dites-moi, vous sentez-vous transporté-e par l'esthétisme que dégagent les différentes gammes KOSHA? Avez-vous envie de succomber pour un article en particulier? :-)

12 février 2015

[Movies] Fifty shades of Grey, du papier à la pellicule

A moins que vous ne viviez dans une grotte ou sur une île déserte (comme je vous envie), vous n'avez pas pu passer à côté de la trilogie "littéraire" Fifty shades of Grey et de son adaptation cinématographique sortie ce mercredi 11 février!




Je ne dis pas cela vous a intéressé ou vous intéresse particulièrement, mais il est clair que le buzz produit autour de ce sujet est difficilement évitable puisqu'il a été repris par de nombreux secteurs; l'industrie du plaisir avec des sextoys estampillés Fifty shades of Grey (que vous pouvez d'ailleurs retrouver en vente ici); de la lingerie qui se veut sensuelle et affriolante et même des collections de vernis à ongles aux cinquante nuances de gris...








Je dois d'ailleurs vous avouer que j'étais très réticente à l'idée de me plonger dans cette trilogie. Il faut dire que quand un livre ou un film est trop populaire, j'ai plutôt tendance à le fuir. C'est exactement ce qui s'est passé avec les trois tomes Fifty shades of Grey qui trônent dans ma bibliothèque depuis des mois, et que je n'arrivais pas à "toucher"...Jusqu'au moment où je suis tombée sur la bande annonce du film (il y a environ deux semaines).

Ces premières images m'ont intriguée et m'ont donné envie de découvrir la version "encrée" de l'histoire. Il ne m'a fallu qu'une nuit pour dévorer le premier tome... et pour attiser ma curiosité.
J'ai rencontré beaucoup de critiques négatives, disant que le niveau d'écriture est médiocre, qu'il s'agit davantage d'une histoire à l'eau de rose que d'un récit SM, et que seules les jeunes filles en fleur ou les ménagères en manque de sensations et frustrées, peuvent ressentir un quelconque émoi à la lecture de ces livres.

Je pense, sincèrement, que lorsque Erika Leonard James a écrit cette histoire entre une jeune fille innocente et un homme aux goûts sexuels singuliers, elle ne cherchait pas à concurrencer Shakespeare. Il est donc, à mon sens, inutile de tenter de comparer ce qui n'est pas comparable. 

Prenons plutôt le phénomène pour ce qu'il est; un livre léger qui narre une histoire d'amour où les deux protagonistes, Christian Grey et Anastasia Steele, se cherchent, se découvrent, (s)'expérimentent, s'aiment, se déchirent... Une histoire de coeur et de sexe comme on en a déjà lues et vues des milliers.

La touche particulière apportée par l'auteur est justement ce qui a fait le succès mondial de la trilogie. Plutôt que de décrire des scènes de sexe banal et commun, E.L James a construit la relation affective (car oui, les sentiments sont présents) qui unit les deux amants de façon peu conventionnelle. Elle a rendu "acceptable" ce qui a longtemps été considéré comme une déviance, un penchant inavouable; le sado-masochisme! Voilà, c'est dit!

Version papier VS version ciné

Fifty shades of Grey est une histoire d'amour un peu mystérieuse entre une jeune femme sur le point de finir ses études littéraires, et un riche homme d'affaires aux tendances sexuelles relativement inhabituelles. Je nuance mes propos car en réalité, tout dépend du lecteur - de la lectrice. Certaines personnes trouveront probablement les passages érotiques choquants, alors que d'autres n'y verront que des préliminaires pour novices.

Quoi qu'il en soit, j'ai personnellement apprécié la lecture de cette trilogie, même si en fin de compte, le réel attrait de l'histoire est l'"attachement" que l'on éprouve pour ces deux personnages qui jouent au chat et à la souris. Certes, la cravate comme liens, les menottes ou encore les fessées en guise de punition apportent du piment à l'histoire, mais ne nous font pas, pour autant, oublier la souffrance d'Anastasia qui en "veut plus", ou celle de Christian qui ne connaît l'amour et le sexe que sous l'angle de la domination et de la soumission.

L'avantage non négligeable lorsqu'on se contente de lire, c'est que l'on se fait son propre film. Les personnages, les lieux, les atmosphères se créent grâce à l'imagination. Imagination qui diffère de celles de nos amis, de nos collègues ou de tout autre être humain.

L'adaptation cinématographique nous met face à une seule et unique version (celle du réalisateur), et qui peut difficilement ne pas décevoir. Le choix des acteurs a fait et fait encore débat; pourquoi Jamie Dornan et Dakota Johnson? Parce qu'il fallait procéder à une sélection et que de toutes façons, aucun couple duo n'aurait fait l'unanimité.




En entrant dans la salle obscure, je ne savais pas tellement à quoi m'attendre malgré les nombreuses critiques que j'ai pu lire depuis la sortie du film. J'avais simplement envie de m'engouffrer dans cette histoire et de jouer les voyeuses. C'est d'ailleurs le seul rôle que peut tenir le spectateur en regardant défiler les images. Il faut l'assumer et accepter de ressentir la gêne et le plaisir qui s'entremêlent à chaque fois que l'occasion nous ai donnée de pénétrer dans l'intimité (sexuelle et sentimentale) des deux personnages principaux.

Je ne vais pas le nier ni m'en offusquer, il y a des scènes de nu, des scènes d'amour, des scènes de passion, des scènes de souffrance... Tous les ingrédients sont présents pour nous faire passer d'une émotion à l'autre et pour nous faire oublier les préjugés avec lesquels on est/aurait pu arriver.

Personnellement, je n'ai pas été déçue par le film que je trouve fidèle au premier tome de la trilogie. Les scènes érotiques sont très esthétiques, la musique est bien choisie (même si très commerciale) et le rythme est plutôt agréable. En revanche, je suis assez mitigée sur certains points: j'ai trouvé que, de manière générale, le film était beaucoup trop soft concernant la façon d'aborder les scènes de sexe (si vous vous attendez à du BDSM pur et dur, passez votre chemin).

Alors que l'Anastasia du livre est au bord de l'orgasme à chaque fois que Christian pose les yeux (ou autre chose) sur elle, celle du film n'atteint à aucun moment le plaisir ultime qu'elle décrit pourtant avec tant de délice dans la version romancée.

Aussi, la part sombre de Christian est à mes yeux pratiquement inexistante et j'ai trouvé cela très dommage. Pour moi, c'est cette face obscure qui rend le personnage extrêmement séduisant, attirant et attendrissant. La tendresse et les gestes amoureux qu'il a envers Anastasia me semblent exagérés par rapport à la dureté que l'on perçoit chez ce personnage lorsqu'on est plongé dans le livre.

Enfin, je pense que les scènes de domination et de soumission sonnaient davantage comme des jeux de rôles. Je m'explique; on ne ressent pas la tension sexuelle permanente dépeinte par E.L. James. Et puis finalement, Christian semble s'amuser avec Anastasia alors que ces rapports de pouvoir devraient apparaître comme un besoin vital, un ingrédient indispensable à son plaisir sexuel.

De mon point de vue, la scène la plus réussie est incontestablement celle de la négociation du contrat de soumission. Le dialogue, les attitudes, le décor... tout paraît tellement surréaliste! Je considère que cette adaptation cinématographique a clairement démystifié l'histoire telle que je l'avais imaginée en lisant le livre.

En conclusion, je vous dirais, pourquoi passer à côté d'une lecture/adaptation émouvante, prenante et subtilement érotique, à partager à deux pour s'inspirer des scènes sensuelles, ou pour donner à votre partenaire l'envie d'explorer une nouvelle façon de vous "aimer"? D'ailleurs, n'hésitez pas à faire se rejoindre fantasme et réalité en optant pour quelques uns des accessoires vendus sur le site KissKiss.ch, spécialement créés pour répondre à vos envies les plus friponnes.




6 février 2015

[Beauty] Une crème corporelle douce et gourmande signée Reficis

Aujourd'hui, je vous retrouve pour vous parler d'un produit corporel que j'ai l'occasion de tester depuis quelques semaines et qui ne va pas tarder à se retrouver dans mes produits terminés tant je suis convaincue pas son efficacité. Il s'agit d'une crème corporelle de la marque suisse Reficis nommée Efferv'essence

Elle est composée à 99% d'ingrédients naturels et est 100% vegan! Elle est développée pour hydrater, nourrir et apaiser la peau. En bref, tout ce que l'on attend d'une crème destinée au soin du corps!




Cette marque helvétique offre aussi bien des soins corporels, des produits capillaires que des crèmes pour le visage ou les mains. Sa charte est irréprochable et permet de consommer des cosmétiques naturels avec plaisir et sans créer l'hécatombe dans son budget ;-)

J'ai eu l'occasion de rencontrer la créatrice de la marque, Marlena, qui est une femme de caractère, qui a réussi à réaliser son rêve mais aussi celui de beaucoup de femmes, en proposant des soins naturels, beaux, efficaces, à prix plutôt abordables. C'est une femme entière et on le ressent complètement dans les différentes gammes qu'elle commercialise.






La crème se présente dans un flacon pompe, très pratique d'utilisation et parfaitement hygiénique. En plus, on peut gérer la pression selon la quantité de produit que l'on désire avoir.

La texture est assez épaisse et s'étale facilement sur le corps. Contrairement à beaucoup de produits naturels, il n'est pas nécessaire de la "travailler" pendant longtemps pour se débarrasser du film blanc qui se dépose sur la peau et qui la rend collante.

Un doux parfum d'agrumes, plus particulièrement de pamplemousse, se dégage de cette crème composée principalement d'extraits de dents de lion Bio, d'extraits de calendula Bio, d'huile de tournesol Bio, de beurre de Karité et d'huile de Yangu.






Je trouve l'hydratation apportée vraiment efficace et suffisante. J'ai remarqué que cette crème laisse un aspect mat à la peau. Je dois dire que c'est un point spécifique que j'apprécie particulièrement puisque que la peau ne colle pas après l'application et qu'elle arbore une jolie texture satinée.

L'hydratation dure longtemps, tout comme la fragrance laissée sur le corps après emploi de ce produit facile à transporter grâce à son flacon et à son bouchon de protection, et vendu au prix de CHF 24.95.-  pour 100 ml, sur le site de la marque.